Troisième et dernière partie de cette interview avec Djag, chanteur penseur de LND (le Noyau Dur). wok n' woll !

Renaissance ?

 

Pour renaitre il faut au minimum avoir vécu une fois et être mort une fois, au minimum... Donc métaphoriquement.

Le deuil d'un soi, l'invention d'un autre à moins que ce ne soit le deuil d'un autre pour l'invention d'un soi...

A celui qui imagine et qui remet en cause, l'invention est perpetuelle, ainsi donc la renaissance.

Chimie, alchimie, secret des sens, des essences. Matrice, travail instinctif, naturel, dans l'ombre et la chaleur de l'interne. Puis exposition aux rayons du soleil.

Cycles, éternel retour, Nietzche. Filiation d'un je (ou d'un jeu) qui en enfante un autre, un autre monde, une autre réalité, pourtant toujours le même Etre changeant, le même sol en mouvement...

 

Multiple ?

 

Toujours le même Etre et pourtant en un seul Etre tellement de gens... Qui sont ils, comment s'entendent ils, comment les trouver ?

Finalement comment s'apprendre et exploser les carcans, encore une fois se réinventer, condamner toujours le figé, le mort, pas la mort, pas le passage.

Rebels ainsi à toutes lois à part celles inhérentes à la vie et à soi, à son centre. Refuser les cases, les codes qui enferment, le protectionisme qui piége, et cette facheuse tendance que les groupements sociaux ont de vous définir une bonne fois pour toute et de vous interdire d'echapper à leur définition, bêtise et prétention de certains milieux qui pourtant s'etiquettent eux même comme "artistiques" ou "intellectuels", chacun voit midi à sa porte, pour eux il est minuit, laissons les se coucher moi je rêve éveillé, je vis enfin et mieux, sans eux...

Multiple, une chanson colérique, agressive. Je me rapelle avoir ecrit cela peu de temps aprés avoir suivi sur un forum du site d'une maison d'edition litteraire un échange entre Coralie Trinh Thi et un monsieur, ce dernier, vexé de n'avoir pas su soutenir la dialectique de la dame et de n'avoir pas pu argumenter de manière suffisament brillante sa reflection, pour peu qu'il en eut une, avait fini par une phrase du genre "mais que les actrices porno se contentent de continuer à montrer leur cul au lieu de nous emmerder à prétendre ecrire..." Réaction pitoyable et pathétique s'il en faut, réductrice et fashiste, d'un imbécile qui s'est retrouvé nez à nez avec lui même et qui ne l'a pas supporté, se laissant alors aller à exposer sa triste vérité...

Ce n'est qu'un exemple parmis tant d'autres qui me poussèrent à aborder ce thème.

La multiplicité des Etres, de leurs chemins ,de leurs possibles, c'est là que je trouve le sens de "vivre", c'est là que reside l'interet, celui qui ne voit pas cela me fait pitié... De même l'intégrité est de rester fidéle à tout ce que l'on peut devenir et donc à ce que l'on contient, proteger son centre, son energie vitale et la porter aussi loin que possible dans ses réalisations, et ainsi se respecter en exigeant de soi tout ce qui est possible, c'est ainsi que je qualifie l'intégrité, elle suit le chemin de l'Etre et de son évolution, elle n'est en aucun cas une entrave puisqu'elle reste fidéle à qui je suis et à qui je deviens. Suivre un dogme, quand bien même apres l'avoir choisi sans s'offrir aucune remise en cause, aucune liberté de se repenser ce n'est pas de l'integrité, c'est de l'intégrisme, dans lequel on se prend soi même en otage... 

Le theme de Multiple est vaste car il résonne aussi en soi même, et ainsi rejoint à la fois Renaissance et Miroir...

 

Miroir ?

 

Je n'en suis pas adepte, n'y prend pas spécialement plaisir, cela dépend... Miroir objet ou miroir personne, miroir regard de l'autre...

Qu'importe dans tous les cas il est trompeur, farceur, le pire est qu'il est parfois juste ou presque, l'espace dans instant, moins que ça, si bien qu'en y revenant qu'en posant le regard pour de bon sur lui, ce fantome de vérité s'est déja effacé. Miroir déformant, miroir qui conforte, réconforte, miroir qui casse, qui taille, tiraille...

Malgres tout il semble que l'on ne puisse s'empecher d'y revenir à ce miroir, l'objet, à l'autre, aux autres, à ces miroirs multiples, comme s'il on avait ce besoin de verifier ce que l'on est , ce que l'on a l'air d'etre, ou pire si l'on est bien là...

Tout est miroir, la glace, la parole, le geste, l'action, la création, tout est reflet de quelque chose ou d'un partie de quelque chose.

Si l'on construit son image, est-ce que celle ci nous porte ou est-ce qu'elle nous réduit? Cette image est-ce qu'elle nous amene vers nous même, ou est-ce qu'elle nous enferme? Est-ce qu'on la maitrise ou est-ce qu'elle nous contient? Et si l'on ne se voit pas, peut -on se connaitre? Sur en tout cas que "paraitre", ce n'est "pas Etre".

Le miroir et sa vérité, qui devient ses vérités lorsqu'on le brise pour echapper à cette vision etique et lire dans ses multiples reflets.

Encore une quête donc à travers un labirynthe de reflets...

C'est donc sans doute ce que pourrai voir un miroir appliqué, quelqu'un en quête, de lui , des autres , de quelque chose d'autre encore, de réponses et encore plus de questions, d'un absolu sans doute, d'un équilibre, d'un mystère... Bon allez trop tard pour répondre, je lui jette la pierre...


Présente nous le groupe et ses membres

LND aujourd'hui c'est Anthony à la guitare, Greg à la basse, tous deux sont du groupe Sherkan, à la batterie c'est Cédric qui a préalablement officié dans divers groupes de vénèrs...

Voilà j'ai mis du temps à trouver avec qui créer LND en tant que groupe, car LND sur la base de cet album qui est un peu une partouze musicale, devient un groupe avec tout ce que cela implique pour la suite et dans son fonctionement et son entente. Groupe pour aborder la scène avec un état d'esprit proche et une manière de donner cohérente, et puis pour tout ce qu'il y a à venir, prochain album, compositions, enregistrements, tournées...Je suis vraiment heureux de ce qu'est LND aujourd'hui, j'ai l'impression que tout le monde s'y sent bien , s'y respecte et a une putain d'envie de faire avancer le truc, de porter la flamme longtemps. Qui vivra verra comme dirait l'autre , hein, mais c'est bien parti. Je tiens à préciser qu'Anthony m'a vraiment beaucoup soutenu à partir du moment où on a commencé à travailler ensemble sur des compos de "Renaissance",il m'a proposé les bons contacts et s'est sérieusement investi afin que ce groupe existe réellement et envoie le boulet! Encore merci Antek!

Premier album mais pas premier album, t'as pas l'impression de te trouver à la croisée d'un chemin déjà emprunté ? (jm'fais flipper à savoir imiter Laurent Boyer)

Non aucunement. Surtout par apport à l'image que tu utilises de chemin déja emprunté, je peux aussi te renvoyer quelques 2500 ans en arrière, pfffuiou! Ca fait du bien hein! Et bien là tu te retrouve face à Héraclite d'Ephèse qui te dira que l'on ne se baigne jamais dans le même fleuve car même si c'est le même fleuve ce n'est jamais la même eau... Pfffuiou! Te voilà revenu parmis nous, et oui ça fait bizard, et donc pour poursuivre, figures toi que ce chemin ci fut vraiment différent de celui utilisé pour le premier BBA, déja ça n'a pas été un travail de "groupe classique" mais plutôt un travail individuel, avec un rôle de fédérateur, de moteur pour créer un disque avec de nombreux musiciens.

Le truc c'est entre autre que quand tu fatigues tu ne peux pas repasser le bébé à ton pote, y'a pas moyen, faut le tenir à bout de bras pour l'amener à vivre, si tu lâches prise, ce petit rêve se brise... Franchement malgrés un peu d'experience je ne savais pas dans quoi je m'embarquais avant de me lancer dans cette aventure. Maintenant je sais... Lol ! J'ai grandi.

Je suis heureux d'avoir réussi ce challenge, et même si j'aurais souhaité faire mieux encore. Si je ne peux pas dire que je suis totalement satisfait,( mais bon je suis un sacré relou aussi, lol) je peux dire que je suis heureux d'avoir mené à bien ce projet, j'ai vraiment ce sentiment d'avoir grandi avec lui.

Mais attention je ne suis pas le seul à avoir beaucoup donné, je tient à remercier Jay pour tout son taf de compo et de production son, Aurélien qui a fait quasiment toutes les batteries et puis Anthony qui comme je le disais m'a apporté un grand soutient au moment où je fatiguais sérieusement. Et puis merci à tous les autres qui ont participé avec talent et bonne humeur !

Spécial remerciement à Julien graphiste de LND et ami qui m'a lui aussi beaucoup soutenu et dont le travail fut remarquable, le clip de Miroir qu'il a co-réalisé avec Nicolas Lhomme est une pure merveille, d'une qualité, d'une intelligence et d'une inventivité rarement atteinte dans ce style de musique et même dans d'autres styles ! Ca fait peut être genre j'exagère ou je me la raconte, mais tant pis, en fait j'ai juste halluciné sur leur travail et leur passion et je ne peux pas m'empecher de le dire, lol !

Bon pour en revenir à ta question, il y a quand même un peu de vrai, je modère donc ma première réaction, c'est sur que je recommence à présent un groupe avec ce chemin à suivre pour se faire connaitre, cette envie d'aller convaincre et donner sur scène, je reprends un cheminement que j'ai déja plus ou moins vécu effectivement, mais ce n'est pas non plus la même chose, il a bien raison le vieux barbu (il etait peut etre pas barbu, mais voilà moi je le vois bien barbu ! ), c'est bien le même fleuve mais pas le même eau! lol.

La diversité de l'album est-elle facilement "transposable" sur scène ?

Hum, disons que on a un peu adapté, arrangé certains des titres pour les "customisé" à la sauce LND formé par ces 4 membres, chacun à mis sa patte dans l'interpretation et puis on a repensé voire ajouté ou supprimé certains passages. Mais dans l'ensemble ça reste assez proche du disque avec une énergie plus brute, un peu moins d'arrangements et encore un peu plus de sueur. Quand à savoir si la diversité du disque est cohérente sur scène, il me semble que ça se passe bien mais je ne suis pas très bien placé pour te répondre, j'invite donc tout le monde à venir se faire une idée par lui même...

C'est de toute façon à mon avis la meilleur façon de se faire une impression sur un groupe, le live, la scène. En studio, si tu as beaucoup de moyens tu pourrais faire sonner Lorie comme Pavarotti, ou faire chanter juste la Traviatta à un canard. Tu pourrais donner la puissance de la foudre à la guitare du premier venu, lui faire jouer les riffs les plus complexes et faire de ton batteur qui commence à découvrir le nom de ses cymbales un égal de Lombardo, lol... Sur scène c'est possible de tricher, j'en ai déja vu, mais c'est quand même beaucoup plus tendu ! Vive la musique vivante!

Le net et toi ? Ton utilisation, ton regard sur la "chose"

Le net et moi? Ouch, ha oui quand même..
Bon le net j'aime bien, j'en mange réguliérement...Serieusement c'est un outil qui si on me le supprimait aujourd'hui, me manquerai beaucoup. J'aime le principe de la toile, cette possibilité de pouvoir à base de moteur de recherche trouver plein d'infos sur un sujet qui m'interesse, affiner la recherche, rebondir sur autre chose, avoir un échange avec une personalité inconnue, parfois lointaine, le principe des forums d'expression, la découverte géniale due au hazard, la gratuité de l'information et de bien des services mais aussi tout le coté pratique de commande en ligne, enfin bref j'apprécie vraiment. Par contre c'est comme pour d'autres vecteurs d'echanges et d'info, il y a un tri à faire et un recul à avoir sur l'echange et l'info. Il y a cette déformation du virtuel qui est recurente dans les échanges entre personnes, il peut il y avoir un coté psychotique lié au net, un "autre monde", dans lequel on peut se fantasmer soi même, de même il faut se méfier de l'importance que l'on peut se donner à travers un site ou une petite communauté au sein de laquelle son avatar brille. Se
méfier aussi de cette exposition publique et ouverte à tous de son intimité, de son "journal" ou son travail , ou ses films ou ses textes, en fait il faut se méfier de ce désir d'exister à travers l'exposition publique virtuelle, qui pratiqué en masse ne fait que banaliser les individualités. C'est un peu complexe, le débat entre exposition publique, célébrité, reconnaissance, insignifiance, personnalité virtuelle fantasmée, personnalité réelle atrophiée, deconsidérée etc... Pour résumer, dans l'ensemble je trouve ce truc génial, apres je n'y passe pas ma vie non plus, je lui laisse sa place d'outil controlé et à mon
service et je conserve recul et questionement sur ce que je peux y trouver et comment je m'en sert et m'y positionne.

La promo d'un skeud ?  Kiffant ? Mal Obligatoire ?

Je ne suis pas très à l'aise avec la promotion proprement dite, parceque le concept de la promotion est un concept marchand et donc n'a rien à voir avec l'artistique et la création, c'est une autre casquette que je porte par obligation d'un coté et aussi par motivation d'un autre coté. Le truc c'est que artistiquement on n'est jamais réellement complétement satisfait de soi, en tout cas pas moi, et donc on est plus dans le doute, la frustration inhérente à la différence entre un projet pensé et sublimé et sa réalité qui même si elle est parfois très belle est une réalité, une existence "figée", un acte achevé et donc c'est frustrant en même temps que libérateur, il y a un temps d'acceptation, un "baby blues" de la fin de la réalisation, or la promotion consiste bien plus à prétendre être sur d'avoir fait un truc mortel et incontournable jusqu'au prochain, lol. De plus c'est toujours étrange de travailler , de s'immmerger dans un projet qui monopolise vos pensées et vos émotions, vos désirs et vos craintes pratiquement 24h sur 24h, cette gestation qui est permanente quand bien même lorqu'elle n'est pas toujours au tout premier plan, cette manière même de donner un place abusive, tyranique à ce travail, on peut exploser, ou tout laisser s'ecrouler, au nom de ce travail, enfin c'est de la folie douce par moment, comme si c'etait le principal et l'essentiel de la vie et puis hop quand c'est fini, on se retrouve avec le vide que cela laisse et cette necessité de remettre les choses à leur places, de constater qu'effectivement il y a plein d'autres choses plus importantes dans la vie ou en tout cas plus décisives d'une maniere pratique ou emotionelle, sentimentale. Or souvent à ce moment là il faut faire la promotion de sa création, alors evidemment il y a la motivation de présenter et de défendre ce que l'on a fait, parceque si on le fait c'est aussi pour le partager et donc au moins le proposer au plus grand nombre mais en même temps c'est génant parcequ'il faut alors que l'on doute et que l'on remet les choses à leur place, "vendre" son truc comme si c'etait la meilleur chose au monde et que vraiment les gens vivraient mieux en le possédant, donc de continuer à lui donner une place fantasmée, et d'avoir un role un peu mégalomane,lol...
En même temps il est motivant d'essayer de propager son travail, il n'est pas déshonorant de le montrer, de le défendre.
Je n'ai pas de problemes avec le fait de vendre ce que je fais et esperer en tirer du profit, en tout cas au moins rembourser mes investissements, lol, je ne vois pas le probléme, j'ai besoin de vivre et de manger et j'ai travaillé dur pour mener à bien mes projets. Je n'ai donc pas de réel soucis éthiques par apport à la promo, simplement j'essaye de la faire  honnetement et avec le recul necessaire et vu ce que j'expliquais plus haut je ne suis pas toujours très à l'aise puisque moi j'en suis à relativiser tout ça. Mais attention hein ce n'est pas non plus insupportable et c'est parfois agréable, de toute façon si vraiment c'etait trop atroce (genre acteur de théatre dramatique "Ohhh comme je souffre...") je ne le ferai pas et je fermerai ma gueule. Si je le fais je le fais et je vais pas pleurer en même temps, même si il y a un petit coté sado maso, mais ça j'ai rien contre non plus :-). Je prends parfois grand plaisir à la faire parceque j'aime échanger et discuter par moments et je peux me monter très bavard. J'aime le débat d'idées, j'aime l'exercice de l'interview, j'aime m'expliquer aussi et parler de ma vision des choses, bref je crois dans le fond que j'aime m'écouter parler, lol, c'est catstrophique! :-)).

L'avenir de LND

Déja ce sont les concerts, j'espère le plus possible tout au long de l'année. Ensuite c'est un deuxieme album en préparation et donc une sortie en 2007. Et puis l' avenir de LND c'est aussi le mélange des possibles de ses membres et donc une infinité de routes, pourvu qu'elles soient belles...

La question auquel tu voudrais que je réponde ?

Quelle est ta raison d'etre? Hé hé...

Je suis contre la faim dans le monde, l'injustice et... Merde ! Non en fait ma raison d'être c'est de faire croire aux autres qu'en fait je ne suis pas un vrai misanthrope et que je les aime vraiment beaucoup... Surtout ces feignants de jeunes qui acceptent même pas d'être un minimum intégré à notre société précaire...
Mais bon évidemment, ma raison d'être c'est le Nutella et Jean Michel Jarre.

© - E-zic.com v3 : 2000-2018 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH