Salut Vidda,

Comment se sent Manimal pour cette rentrée 2006-07 ?

 

Salut, nous sommes ravis de défendre notre nouvel album  « Succube » sur scène.

L’accueil est des plus plaisant, donc le moral du groupe est au beau fixe.

Le plus gros de la tournée arrive en octobre, nous sommes impatients.

 

 

Comment peux-tu définir le concept Manimal pour les gens qui ne connaissent pas le groupe ?

 

Il faut savoir qu’à la base, Manimal est uniquement un side-project de Psykup, sans autres buts que de se faire plaisir. C’est uniquement plus tard que nous nous sommes investit dans le projet à 100%, quand nous avons vu aussi que beaucoup de gens nous en parlait, et venait nous voir sur scène, ça nous a donné envie de pousser le projet plus loin.

Musicalement, je dirais que la base est bien calée death/hardcore,  et c’est lorsque Ju notre chanteur pose sa voix que la direction change tellement sa palette vocale est large.

On ne se fixe aucune limite dans la composition, chacun fait ce qu’il veut tant que ça plait à tout le monde. Le but premier du groupe est de se faire plaisir.

Tout  le concept de Manimal se développe à travers les textes de Ju, et l’art work qui va avec.

Les thèmes abordés tournent autour de la vie, la mort, l’amour, les relations compliquées entre les hommes et les femmes, le tout sous un fond très cinématographique.

Chaque titre de chanson dans Succube est un titre de film, qui est plus ou moins lié au texte.

 

 

Quelques mois après la sortie de Succube, votre deuxième album, quel regard portez vous sur

ce disque ?

 

Nous sommes très contents des compositions, ça reste du Manimal mais avec une évolution, une envie d’explorer de nouvelles directions, des choses peut être plus poussées dans l’expérimentation.

Nous avons un seul regret, c’est le temps de production du disque qui a été très court dû à l’emploi du temps de tout le monde. Nous étions en pleine tournée avec Psykup, Gojira qui nous ont produit le disque avaient eux aussi beaucoup de dates, ce manque de temps nous a empêché d’avoir le recul nécessaire pour une bonne production, et donc, nous y trouvons des erreurs qui auraient pu être évitées.

 

 

Comment le public a-t-il perçu ce disque qui, même si il est une continuité d’ « Eros & Thanatos », explore de nouvelles voies ?

 

Bien. En concert, comme à chaque nouvel album, le public a besoin de temps pour rentrer dans les nouveaux titres, c’est pourquoi en début de tournée, nous jouons encore beaucoup de titres d’Eros, mais au fur et a mesure, on rajoute de plus en plus de titres de Succube, et on sent que les gens commencent à rentrer dans ce nouvel album.

Sur disque, quasiment personne de déçu, car il n’y a pas vraiment de changements radicaux, il faut juste un peu plus de temps pour digéré Succube comparé a Eros. Mais nous pensons que c’est bien de forcer l’auditeur à pénétrer dans la musique. Notre musique n’est pas « easy listening ».

Nous avons même rassemblé de nouveaux auditeurs, certainement grâce aux cotés plus torturés de ce nouvel album.

 

 

Comment le public a-t-il perçu ce disque qui, même si il est une continuité d’ « Eros & Thanatos », explore de nouvelles voies ?

 

Bien. En concert, comme à chaque nouvel album, le public a besoin de temps pour rentrer dans les nouveaux titres, c’est pourquoi en début de tournée, nous jouons encore beaucoup de titres d’Eros, mais au fur et a mesure, on rajoute de plus en plus de titres de Succube, et on sent que les gens commencent à rentrer dans ce nouvel album.

Sur disque, quasiment personne de déçu, car il n’y a pas vraiment de changements radicaux, il faut juste un peu plus de temps pour digéré Succube comparé a Eros. Mais nous pensons que c’est bien de forcer l’auditeur à pénétrer dans la musique. Notre musique n’est pas « easy listening ».

Nous avons même rassemblé de nouveaux auditeurs, certainement grâce aux cotés plus torturés de ce nouvel album.

 

 

Comment s’est passé l’enregistrement de Succube ? N’est-il pas compliqué de retranscrire l’énergie du live en studio ?

 

Nous avons enregistré les batteries dans un studio à Agen, car nous cherchions une pièce très chaleureuse, avec beaucoup de bois. Tout le reste a été enregistré au studio des Milans, chez nos collègues de Gojira, comme pour le précédent album, dans la bonne ambiance, et des conditions de travail très agréables.

Je pense que l’énergie de Manimal vient surtout de la composition. Certes nous envoyons tout ce que nous avons sur scène pour transmettre cette énergie au public, mais je pense aussi que les compos sont à l’origine très nerveuses, et donc ne nécessitent pas forcément un enregistrement live pour retranscrire cette énergie.

 

 

Vous avez achevé au début de l’été une première partie de la tournée de Succube avec le groupe Leiden, peux-tu nous en dire un mot ?

 

Ludo, l’autre guitariste de Manimal, joue aussi dans Leiden, ils font parti de notre collectif, Antistatic, que nous avons monté il y a quelques années avec Sidilarsen et Psykup. Ils sont aussi en booking chez Jerkov, et comme ce sont de très bons amis, il était de toute logique de monter un plateau avec eux.

Leur musique est plus sombre que celle de Manimal, et le chant y est féminin, ce qui donne une ambiance des plus classes. Nous apprécions beaucoup jouer avec eux.

 

 

Vous attaquez à la rentrée une tournée avec le groupe allemand The Ocean, comment s’est opéré ce rapprochement ?

 

C’est lorsque nos tourneurs ont intégré The Ocean qu’ils nous ont parlé d’un plateau commun avec eux. Ils ont écouté Manimal, nous avons écouté The Ocean et tout le monde était d’accord. Nous pensons avoir un public commun, mais aussi nous pensons que chaque groupe peut apporter à l’autre une ouverture, donc l’idée a séduit tout le monde.

Ils sont paraît-il très sympa, ça devrait être une super expérience.

 

  

 

Quel est le meilleur souvenir du groupe en concert ?

 

Il y a eu un concert absolument fabuleux au Rockstore de Montpellier en 2005, et je ne saurais dire pourquoi, mais ce soir là fût des plus exceptionnels. Le public était venu en nombre pour un mercredi soir, et avait une pêche incroyable. Ils nous l’ont transmise et nous avons donné un super concert. Tout le monde dans le groupe garde un incroyable souvenir de cette soirée.

 

Pour qui ouvririez-vous idéalement ?

Sans aucun doute, Strapping Young Lad, nous sommes ultra fans.

 


Et question inversée : A qui demandez-vous d’ouvrir ?

A Strapping Young Lad  (mdr)

Comment Manimal voit-il son avenir ?

 

Nous tournons encore pour un bon petit moment, et nous souhaitons immortaliser tout ça sur DVD. C’est beaucoup de travail pour réaliser un DVD, et je sais de quoi je parle vu que nous sommes en train de le faire pour Psykup.

Nous partirons en tournée avec Psykup en septembre 2007, et nous nous mettrons à ce moment à composer le 3ème album de Manimal. Nous faisons une année sur l’autre avec nos 2 groupes, tant qu’on en a l’énergie.

 

 

Manimal sera notamment en concert le 27 octobre aux Passagers du Zinc à Avignon avec les groupes The Ocean (Allemagne) et Hypno5e (Montpellier). Plus d’infos sur www.microckosm.net.

© - E-zic.com v3 : 2000-2018 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH