09 mars 2006, LaFamily retrouve Frah au Café Beaubourg où ce dernier, en provenance directe de Berlin, passe la journée à enchaîner les interviews pour la presse française.

 

Frah, on fait suite au premier interview donné à LaFamily il y a maintenant 2 ans [mars 2004], ici, à Paris, à La Scène Bastille. C’est un vrai plaisir car depuis et jusqu’à maintenant, on bouffait le CD pre-prod en boucle !

Wow ! Ca fait plaisir ! Je me souviens bien, ouais. Ca fait longtemps, hein !

 

D’abord, tu es en fin de journée promo/interview, quelle est ton humeur du moment ?

Quelle humeur ? Oh bonne ! Très bonne !

 

Quelle est la question que l’on t’a le plus fréquemment posée aujourd’hui ?

Haha ! « C’est quoi votre style de musique ? » [Et tu as répondu quoi ?] Oh fusion ethno-metal avec séquences électros et phrasés hip-hop-ragga !!

 

Alors l’actu en résumé ?

Et bien notre premier album « Loco con da frenchy talkin’ » sort désormais non plus dans 12 mais 15 pays. [Il contient plus d’une heure de zik – bravo ! – plus des goodies multimedia : Clip et titre live vidéo] Exactement !

 

Il y a 2 ans, tu avais prédit un premier album Funky Junky Groovy !  C’est réussi ?

Ouais. Je pense, ouais ! Tu sais, depuis 2 ans, avec le groupe, on a vécu des choses très fortes de l’intérieur. Je veux dire : Humainement et musicalement. Et concernant les compositions en elles-mêmes, on a essayé plein de trucs, plein d’idées, plein de concepts et finalement, on est toujours à l’image initiale. Alors ouais, l’album est bien Funky Junky Groovy.

 

 

L’exil de Shaka Ponk à Berlin est très présent [bio, website, CD], comment qualifierais-tu cet épisode de la vie du groupe ? C’était une question de survie ?

Quand on s’était vu, il y a deux ans, tu sais, on était déjà en pourparler avec des labels français. D’ailleurs, le concert de mars 2004 à La Scène Bastille, si je me gourre pas, c’était déjà un showcase. Ca avançait bien. Mais ça ne s’est pas fait pour diverses raisons. Pas des raisons financières mais des raisons artistiques. Il y avait trop de compromis demandés. Ce n’était pas spécialement dû aux labels eux-mêmes, je pense, mais plus au fait que le marché musicale français a des règles bien établies. [Quel genre de compromis ?] Et bien, pour être précis, les mecs des labels voulaient conserver l’intégralité des instrus mais souhaitaient un chant purement français. [Alors que l’esprit Shaka Ponk est en bonne partie basé sur cette fusion frenchy-latino-english des lyrics !] Parfaitement ! Alors quelques mois plus tard, j’ai dit aux mecs : Allez venez, on se tire ! On ne voulait pas trop s’éloigner quand même. On voulait rester en Europe. On hésitait alors entre l’Angleterre et l’Allemagne, en gros. On a opté pour Berlin surtout parce qu’on nous disait toujours que là-bas, le public était vachement plus ouvert. C’est ce qu’on a fait.

 

Justement, on dit souvent que le public allemand est beaucoup plus open aux musiques « underground ». Tu confirmes ?

Ah ouais. C’est clair ! Il y a une vraie scène pour toutes les musiques alternatives. On a beaucoup tourné, là-bas. Avec des groupes de tous styles et plus ou moins importants. Et d’ailleurs, au fil des concerts, on en a profité pour créer tout un concept de vidéo en live. Vous allez voir ça !

 

Etes-vous définitivement des Berlinois ?

Oh non ! Vraiment pas ! C’est ici chez nous ! [Tu parles allemand désormais ?] Pffff. Non. L’allemand, pour moi, c’est une langue impossible !

 

Il y a 2 ans, on avait fait connaissance avec le Funky Junky Monkey. Mais qui est donc Goz ?

Héhé. Goz, c’est le 5e membre du groupe. Nous, on est chant/guitare/basse/batterie et Goz, lui, il gère tout ce qui electro, loops, samples, etc. Tu verras, tu ne connais pas encore le nouveau set mais sur scène, désormais, il y a un Monkey avec nous !

 

 

En mars 2004, tu espérais que 2 ans plus tard, la Shaka family aurait de quoi se nourrir correctement. Est-ce maintenant le cas ?

Ouais. Ca va maintenant. Tu sais, on a vécu des moments vraiment difficiles à Berlin. On avait plus une tune ! Plus rien ! C’était pas la fête tous les jours ! Puis à force de tourner, tourner, tourner, on a eu de bons retours. De plus en plus. Et on a fini par signer avec Edel, le plus gros label européen indépendant.

 

Je dois te dire que grâce à notre dernières rencontre, on a [re]découvert Methods of Mayhem et on est plusieurs à être restés scotchés dessus en continu !  Alors si je te dis que j’ai le numtel de Tommy Lee, tu le veux ou l’as-tu déjà contacté ?

Ah ouais ! Je le veux ! Tommy Lee, c’est un grand ! Justement, actuellement, je suis en train de lire son bouquin et ça confirme tout ce que je pense de lui ! [Il est d’ailleurs dans vos greetings ! En influence ?] Ouais ! En influence ! Methods of Mayhem date de 1999 et on peut dire que c’est le premier à avoir ainsi osé faire un premier pas dans ce style de fusion ! Ce mec a eu le courage de ses envies ! Tu m’envoies un email avec son numéro, hein ! [Haha].

 

Quel type de réaction cherchez-vous à provoquer chez l’auditeur ?

Au-delà de tout, on veut que les gens, avec notre musique, voyagent d’un univers à l’autre. Que ça passe par des instants zen bien tripant (genre voix tibétaines, etc.) puis par d’autres beaucoup plus « rentre dedans », beaucoup plus rock (avec des gros riffs). Bref, on veut que les gens expérimentent différentes énergies ! [Et ça fonctionne grave !] Ouais, c’est incroyable les bons retours qu’on a ! Et ça va de l’ado de 15 ans au quadra ! On constate que chacun trouve dans notre fusion des styles qu’il aime déjà depuis longtemps et d’autres qu’il découvre alors même qu’il n’aurait pas tenté de les écouter avant.

 

T’as quoi dans tes poches là ?

Et bien pas grand chose en fait. Si, j’ai la liste des personnes que je dois rencontrer aujourd’hui avec les horaires !

 

C’est quoi la prochaine étape ?

L’album sort en décalé dans plusieurs pays alors l’avenir, c’est donc un max de promo et surtout de scènes : showcases et concerts.

 

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

Haha vous me l’aviez déjà posé, il y a deux ans, cette question, salopards ! [Et ouais, on verifie si tu es cohérent sur la durée !] Haha. Attends, je vais me souvenir.. Je vais te dire la même chose…

 

Merci Frah ! Une fois de plus, c’était hyper-sympa !

Wow grand merci à vous, les gars ! C’est avec des personnes comme vous qu’on va vraiment y arriver !

 

© - E-zic.com v3 : 2000-2018 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH