Comme une mise en bouche avant une tournée promo, voici qu’en ce 9 octobre l’Esprit Du Clan vient recharger les accus, et fait peter le live à domicile. Pour cette occasion, la famille s’était entourée de 3° Est, No Place For Soul et plus officieusement d’Es La Guerilla.

Et ce sont les rappeurs métalleux de 3°Est qui virent en premier réchauffer le pitt. Cela permit à ceux qui les avaient déjà vu de constater à quel point leurs deux rappeurs ont gagné en complémentarité sur scène. Toujours dans leur style son métal/chant rap, les Auxerrois ont profité de leur demi-heure de set pour faire la promotion de leur nouvel album tout juste sorti, « De Gré Ou D’Force », où l’on retrouve leur « tubes » déjà présents sur leur 4 titres, « K clinic » et « L’œil du tigre », qu’ils ont lâché avec d’autant plus de fougue.

Suite à cette première débauche de sueur, ce fut au tour des bretons de NPFS de s’attaquer à ce public encore à son tour de chauffe. Eux aussi présents pour couvrir la sortie de leur album « Full Global Racket », ils ont alors démontré à quel point ils ont su élargir leur registre, toujours dans un style proche d’un Mass Hysteria époque vénère, mais avec des passages plus sombres, plus lourds, des ambiances plus tripante, tel « Massoud l’afghan ». Le combo nous a gratifié d’un set vraiment plein, à une exception près, mais exception de taille : le jeu de scène de Jam, chanteur de son état, dont la molesse fit perdre de son intensité à l’ensemble de la prestation du groupe, et de la patate au public. Malgré tout, certains commençaient déjà à être chauds comme de la braise, et après 45 minutes le public était fin prêt à affronter la tribu du neuf-trois.

Ces derniers ont d’ailleurs directement donné le ton : ce soir c’est ambiance famille ! Scène surchargée sur les cotés, connivences évidentes entre les franges les plus vénères du pitt… dont le célebrissime et anonyme inventeur du slam masqué, qui en a immédiatement profité pour travailler son atterrissage facial… plein de bonnes idées, à oublier très vite. Dans ce gros souk, on regrettera quand même le manque d’attaque du son des grattes, qui vraiment pétaient pas assez. Quand on écoute les mêmes rythmiques sur le skeud, la différence est frappante. Pendant une heure et quart, les six vénères ont livré un bel échantillon de « Chapitre 1 », mais il n’en ont pas oublié pour autant leurs vieux succès, « comme un destin » en tête. Puis EDC étant un groupe très prolifique, on a eu aussi droit en exclus à deux titres qui figureront probablement sur « Chapitre 2 », « Jamais seul » et « Confond pas », pleins de promesses (toujours HxC old school) pour la suite de leurs aventures. Et puis et puis, le temps passe… initialement prévus pour interpréter quelques morceaux juste avant l’entrée d’EDC sur scène, c’est finalement à leur sortie qu’Es La Guerilla s’est décidé à passer outre ses problèmes de guitariste malade. En guise de bouquet final, on a donc eu droit à leur hardcore qui, toujours dans la famille HxC old school, avait cette fois des airs madballiens. Soirée famille & rapprochement Paris-New York, ça aurait pu être le titre ce soir là !

Ring

© - E-zic.com v3 : 2000-2022 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH