Quand on est arrivé, Pamela Hute et ses good sbires étaient déjà sur scène. Il y avait peu de monde encore dans la salle. Hum toujours désagréable. Jouer devant un public clairsemé retire un goût certain à l'artiste... Bon, le people a fini par venir mais sur le tard donc clairement pour LOL. Tiens, d'ailleurs, j'aurais pensé que Pamela Hute la remplirait, d'ailleurs, cette salle. Pamela, la reine du buzz myspace (qui semble être le péché mignon de son management).

 

Pamela, Pamela, Pamela... Ce soir, on avait rendez-vous avec Pamela et elle ne le savait même pas ! Ces derniers temps, où qu'on aille dans Paname, elle était là. J'avoue qu'au début, ça nous a un peu irrité. D'autant que ce n'est pas particulièrement notre came et donc qu'on ne comprenait pas pourquoi l'engouement de certains dans notre entourage. Mais ce soir, on avatit rdv avec Pamela, oui. Perso, dans mon coin, avec mes clopes et ma mousse, j'ai été "impacté" par ses décibels, touché par certains de ses titres. C'est vrai que c'est bien servi, ça sonne, c'est pro, bon accent, jolie sensibilité, good song writting, bon zicos, bref, du sur-mesure auquel il ne manque, probablement, qu'un peu de rock attitude ou plutôt d'intensité dans l'interprétation. Oui, c'est ça, du jeu de scène, quoi ! C'est ça qui m'avait déjà picoté la nuque la première que je l'ai vue, Pamela. Elle semble ne pas voir le public, statique, fermée, inexpressive derrière ses lunettes et sa gratte... seule quoi (ok ok j'exagère un peu). Juste un petit merci par ci, un titre annoncé par là, entre 2 gorgées d'eau minérale. Gros contraste à côté de Why-t, son bassiste, qui lui transpire les décibels au point souvent d'en endommager son matos.

 

Donc, voilà, j'abrège : Ce soir-là, j'ai approché le charisme Hute. A suivre donc... Où ? Là : www.myspace.com/pamelahute.

 

 

Nous, ce soir, on est là pour LOL. Comme annoncé en événement, qui n'a pas encore en mémoire le flamboyant guitariste de l'émission Nulle Part Ailleurs (Canal+), leader de ce groupe résident qui balançait tous les intermèdes et accompagnait aussi souvent les guests avec brio ? Et comment oublier ce nom, LOL ? Il existait bien avant que ce trigramme soit un cyber-éclat de rires. 

 

Pause, rotation de plateau. Ca démarre sans vraiment prévenir. Ah tiens, LOL vient nous présenter Stamperfreon, un grand suédois brun from Stockolm qui nous va nous interpréter un titre folk/rock assez sympa simplement accompagné de sa demi-caisse Gibson [à découvrir : www.myspace.com/stamperfreon].

 

 

Et rapidos, voilà le trio flamboyant : LOL (guitare/chant, Pascal Mulot (basse) et Keuj (batt). Là, on fait une pause multimédia : L'intro top blues sexy et filmée est dispo sur le myspace de LOL : www.myspace.com/lolrocklive

 

Bon, on sait tous qui est LOL, now. Alors faut-il présenter ses deux compères ? Pascal Mulot est un des bass heros français (ah je me souviens qu'ado, j'écoutais en boucle un album solo). Ca ne fait pas de lui un vieillard, hum ? Loin de là. Retiens donc juste que c'est un sacré virtuose de la clé de fa qui s'est par le passé illustré dans le rock/métal (notamment avec Patrick Rondat) et qu'on l'a vu, plus récemment, dans le groupe S.P.I.C. [www.myspace.com/spicmusic]. Keuj, lui, c'est le batteur puissant et charismatique ex-Watcha ! A eux deux, ils ont formé, ce soir-là, une section rythmique diabolique derrière LOL.

 

En LOL, il y a 2 artistes distincts. Il y a le chanteur/compositeur dont on peut ne pas aimer le syle, entre Paul Personne et... Bill Derayme, disons, pour souligner l'effort de vouloir balancer du blues en français. Mais si je laisse traîner mes oreilles ça et là, j'entends que certains ne flashent pas sur sa voix, trop gentille, n'ayant pas assez mangé de gravier et bu de bières, et que d'autres estiment ses compositions un poil trop kitsh, trop naïves... Je ne suis pas loin de ces considérations. Mais... MAIS ! Tout cela est rapidement balayé par la musicalité du trio, ce soir ! Car on a bien devant nous trois fines gâchettes. Et bien appuyé sur une section rythmique top gold, LOL, avec sa Telecaster directement branchée dans le Marshall, envoie du blues de haute volée, des chorus brûlants et des rythmiques tricotées maison et ce, même quand LOL le chanteur est occupé au micro (vavavoum !).

 

 

Oui, bon blues bien enlevé, bonne soirée bien blueasy, bon esprit, bon kiff ! Ajoutons à cela un solo de batterie et un autre de basse (tous deux destructeurs) et l'invitation pour un titre en guest de Guni [www.myspace.com/gunillakarlzen] : Avec Stamperfreon en renfort, c'est "farewell" de Guni qui a été savoureusement servi à l'audience.

 

 

photos by phiL

 

Donc, oui, en résumé, bonne soirée ! 22h45, on plie les gaules (règlement de La Scène Bastille oblige).

 

Et on ne saurait trop vous recommander de guetter cet artiste aussi humble que talentueux sur sa 6-cordes et à l’aura sympathique : LOLwww.myspace.com/lolrocklive

 

LaFamily

© - E-zic.com v3 : 2000-2018 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH