Ça faisait longtemps que je n'avais pas participé à une boom pour fêter les 10 ans d'une vieille connaissance...

Déjà je peux dire que fêter les 10 ans du Sriracha-Sauce sous un chapiteau, c'est terriblement bien Choisy (ce gag désopilant vous est offert par l'Église Apocalyptique du Mans). La foule (2000 personnes vont se blottir sous cette accueillante tente) n'a pas subi le froid, le voyage dans les embouteillages, le RER qui traverse la Tchétchénie parisienne pour rien ... les « djeuns » en place sont vraiment venus pour s'amuser...

Un p'tit tour sous le chapiteau Bar-Tshirt, où déjà certains musiciens commencent à discuter avec des fans… l'occasion pour moi de recevoir la 1er provocation de Côme (chanteur émérite de Bodyfluid et Monsieur VPC du Srirach') : « A Montpellier c'était la guerre civile... chais pas si ça va être mieux ce soir, hein... ». OK on va faire de notre mieux ! Le fait que Black Bomb A ait été viré de l'affiche ne doit pas gâcher notre plaisir !

Rapidement, la soirée commence. Après un p'tit speech de bienvenue de Buba (Monsieur Toujours sur les routes du Srirach'), Aqme entre en scène ! J'avoue avoir rarement entendu du Aqme. Ma seule connaissance de ce groupe résidant dans le fredonnement approximatif par un de mes amis d'un de leurs tubes ! Première constatation... l'ami en question aurait très bien pu remplacer le chanteur d'Aqme ce soir-là, tant il a du mal à caler sa voix sur les parties claires ! Pour le reste, Aqme a son public (qui bouge dans la fosse) donc rien à dire... Je reste quant à moi légèrement dubitatif sur la prestation du quatuor parisien...

Lorsque le show de LT-NO débute, c'est la majeure partie du public qui reste dubitative ! Pour mon cas personnel, dès les premières notes du concert des ex-Tétines Noires, je rentre en transe : je vois ENFIN LT-NO en concert ! Tout y est, les rythmes syncopés, les mots tantôt susurrés tantôt braillés par Emmanuelle (le chanteur-hurleur-poseur-leader des LT-NO). L'ambiance est mitigée lors des trois premiers morceaux du combo, mais il met définitivement tout le monde dans son camp lors de la reprise de Sabrina (Boys Boys Boys !), hallucinante d'hallucination ! Le concert finit avec 2 morceaux phares de leur 1er et unique album (Hale Bopp High Density et Lonely Planet Game)... Je suis déjà content d'avoir fait le chemin jusqu'à Choisy.
Buba nous apparaît à nouveau pour nous présenter le groupe à venir. Il va demander du respect et une ovation (qu'il va très rapidement obtenir) pour le combo québécois Grimskunk. Entrant avec une chanson punk-rock classique, enfilant une chanson de pur Ragga, pour vriller totalement ska. Nos cousins à l'accent si incompréhensible (le chanteur semblait vouloir dédicacer un morceau à des gens qui lui sont chers... personnellement j'ai rien compris) ont livré, dans la ½ heure qui leur était impartie, tout leur panel musical si vaste. Ils sont doués, éclectiques et franchement porteur de bonne humeur ! Le chapiteau entre pour la première fois dans une configuration de fête...
Hop ! La pause réglementaire de 10 minutes de changement de scène pour laisser au groupe suivant faire son show, juste le temps d'aller dans les magnifiques toilettes à l'air libre offert par les organisateurs ; je frémis d'angoisse à entendre le hurlement de bonheur de mon voisin d'urinoir. ! Un p'tit tour aussi vers les stands des différentes assos qui sont représentées (histoire de se rappeler qu'on est aussi ici pour Orphelin Sida International !).
Le groupe qui arrive va réussir à m'rendre un p'tit peu triste... C'est quand même la dernière fois que je vois Oneyed Jack en concert. Très clairement, ils ont décidé de s'amuser afin de finir en beauté ! Choléra, I Pay ou bien Le Pouvoir vont faire exploser le chapiteau. Beufa a parfois du mal à chanter sur les passages rapides mais qui s'en préoccupe ? Ca fait longtemps que plus personne n'essaye de chanter du Oneyed en concert… on jump, on crie « grangreeeené par le pouvoiiiir » quand on peut et on ferme les yeux (ou un seul pour être plus proche de l'esprit). « La der des der », vraiment dommage... on perd un groupe fabuleux !
Les gradins se vident... des jeunes gens font des assouplissements... Watcha arrive ! Je n'ai vu Watcha en concert que 2 fois, je n'ai jamais accroché sur cd... mais une seule constatation possible : Watcha déboîte tout sur son passage dès qu'on lui donne une foule d'agité(e)s ! Sam serait content de savoir que tant de personnes connaissent ses chansons, Bob est un frontman vraiment doué, Pendule tournotte autour de sa basse... puis rapidement je ne vois plus que l'ensemble de la fosse bondir. Je m'incline devant l'efficacité watchienne. Watcha n'est plus le Korn français ! Il est bien meilleur !

Mais sans manquer de respect envers les groupes de la soirée, place à la Tour du Srirach' : Lofofora entre sur scène et va enchaîner pendant quelques minutes une série de « tubes lofo » des plus dévastateurs (dont une guest de Charlotte d'Aqme sur L'œuf). On se dit qu'on va avoir une soirée Menu Best-of avec surplus de patates dans la gueule. Trop facile pour les Lofo. Epaulés par Almighty Pierre (Ex-Asgard, Ex-Artsonic et nouveau batteur de Lofo) et Daniel, le bonnet souriant, ils vont nous servir 3 nouveaux morceaux (Le fond/la forme, Ici ou ailleurs et Auto-Pilote). On aura tout le temps d'analyser ces nouveaux titres en janvier prochain, mais on peut juste juger de la lourdeur, de la qualité musicale et de l'énergie déployée sur ce condensé du nouvel album. Quand K-shoo (Noxious Enjoyment et Ex-Boost) entre en scène, on a la moitié de Noxious devant nous (Daniel et Phil sont aussi du groupe hardcore parisien) : Lofofora Enjoyment live ! Évidemment la valse à quatre temps, Du souffre et des plumes, sur laquelle va danser Choisy laisse des marques dès les premiers phrasés nerveux du duo. Dantesque ! K-Shoo brasse comme à son habitude, il a rajouté le triple Loutz à sa chorégraphie scénique. Les deux chauves aux yeux intimidants sont effroyables d'efficacité ! Le moment fort des 10 ans à Choisy ? Ce serait oublier le final !

Reuno profite de la fin des festivités pour inviter sur scène Buba et Tonton Bruno (le fondateur de toutes cette smala) afin de les remercier de leur activisme (10 ans déjà ! pour une sauce piquante ça commence à faire). L'ensemble des groupes arrive sur scène pour le final apocalyptique d'un « Vive Le feu » d'actualité ! On brûle nos dernières cartouches, on évite les coups de coude et on fait des laalalalalala de vieux keupon (K-Shoo se régale !) et on finit sur les rotules !

L'organisateur du Festival de Marne ne craque pas et ne veut pas entendre parler d'un rappel ardemment demandé par la fange violente d'la soirée (visiblement K-Shoo veut nous ramasser les dents). And the game iiiis over ! Le concert ayant finit plus tôt que prévu, le public peut prendre son dernier RER, son dernier bus, s'endormir dans sa voiture ou faire les pires conneries ce soir... on s'en fiche... ce soir-là on avait droit de tout faire... on avait tous 10 ans !

Moustic ,
Booyaka @#!

Photos : Ring et Xavier

© - E-zic.com v3 : 2000-2022 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH