Après deux bonnes heures de TGV qui ont bien servi de catalyseurs à notre excitation, moi et krokro ma p'tite amie arrivons enfin à Paris Gare de Lyon. On enchaîne direct sur un petit quart d'heure de métro pour sortir à deux pas du Club Dunois (ce qui ne nous a pas empêché de nous perdre dans une rue voisine). Enfin après quelques minutes d'errance, nous atteignons l'entrée de la salle, où bon nombre de coreux s'amassaient en attendant impatiemment que le gorille les laisse entrer, ce qui fut fait une demi-heure plus tard ... au compte goutte. Nous n'étions pas pressés car quelqu'un devait nous rejoindre à l'entrée ce n'était donc pas notre problème. Comme le tant attendu ne pointait pas son nez, on s'est décidé à rentrer prendre nos invits et à pénétrer dans l'antre préalablement chauffée par le début du set des Terrorist Vibes, les petits jeunes de la soirée ;)

Du fait de notre retard, on n'a pas pu très bien apprécier leur performance, mais à voir l'état du pit ça avait bien assuré. Grosse touche émotionnelle, Bogdan le bassiste a dédié une chanson à une fille de 14 ans, Emilie, qui a quitté ce monde il y a peu; en son honneur le groupe s'est déchaîné et a fini en beauté, sur leur hymne Terrorist, qui a fini de mettre en ébullition la salle, et les groupies ;)

Ils devaient maintenant céder la place à l'Esprit du Clan, tout de rouge et noir vêtus, qui ont entamé la promo de leur nouveau skeud "Chapitre 1" bientôt dans les bacs. Une ou deux chansons ont suffit pour reprendre la salle en mains. Comme un destin, Ici ne juge pas, Est ce que je sais? et Nos cœurs saignent pour ne citer que les plus marquantes y sont passées au plus grand bonheur d'une grosse partie de la salle. Personnellement, il n'y a que 2 ou 3 titres qui m'ont remués, ainsi que le chanteur sautillant Shiro qui démontrait ses talents aux arts martiaux sur scène; ce groupe est décidément trop gentil pour moi, pas assez hardcore et un peu répétitif. Il faut quand même avouer qu'ils ont un très bon jeu de scène, carrément cools ils n'hésitent pas à faire chanter le public acquis à leur cause. Une question m'interroge cependant, pourquoi avoir débuté avec leur nouveau titre exclusif Sous-estimé, ce qui n'est pas le meilleur moyen de mettre la salle dans le bain.

Une bonne pause d'air frais plus tard, Forest In Blood était en place et ça devenait du sérieux. Presque toutes les compos du split y sont passées (sauf The End Of Redemption à mon grand regret), et le moins qu'on puisse dire c'est que ça latte grave ! Ma copine est tout à fait d'accord avec moi, Forest sur scène ça assure. Comme Elie l'a souligné, cela faisait 1 an que le groupe n'avait pas donné de concert à Paris. Leur jeu de scène était plutôt calme, chacun restant, à de rares exceptions, à jouer dans son coin. Elie à fait le show en se jetant à genoux sur la scène plusieurs fois pour crier encore plus fort et en faire chanter un peu le public; ce mec est franchement impressionnant à voir en sueur sur le devant de la scène! Je leur fait confiance pour se déchirer encore plus lors des prochaines dates, car l'accueil de leurs nouveaux titres devait leur mettre encore plus la pression, mais comme ils ont du s'en rendre compte ça a fait son effet et 2002 marquera leur grand retour en force (oh oui très fort même d'après ce qu'on a entendu). C'est en effet sur leur set que le pit a atteint son apogée, jumpant jusqu'au milieu de la salle, suivant l'énorme patate d'Elie qui a fait décoller les pieds du sol à une majorité des survivants. Le batteur m'a impressionné tant il était effrayant à faire souffrir sa double de la sorte pendant tout le set; c'était tout simplement énorme !!! Fabien de Cry Havoc est venu faire en duo avec Elie un des nouveaux titres de son groupe, qui malgré un son moyen au micro en jette déjà pas mal, il a aussi aidé à créer une dynamique sur la scène et à fait les chœurs sur la reprise de Kick the head of the bastard de l'ancien groupe du gratteux Bart (Disgusting Life, ça me rappele étrangement quelque chose héhé).

Malheureusement, à cause des horaires de métro, nous n'avons pas pu entendre Underground Society dans son intégralité, et c'est à mon plus grand regret tant le peu que l'on a entendu était jouissif et d'une furieuse énergie décapante. L'organisation n'ayant pas prévu de finir si tard beaucoup ont du partir avant la fin à cause des horaires de métro, et il y a eu un vidage de salle non mérité pour leur prestation, qui a je le pense comblé les chanceux qui ont pu rester jusqu'au bout.

Big up to Sultanz Of Da Pit, qui méritent leur nom car ils ont squatté ce pit du début à la fin, respect to Boko (courage mec), Barth et Elie de Forest (sympas les mecs), Merci a Stéphane d'Underground Society pour le skeud (bientôt kroniké sur ce même site). Encore merci à Boko pour les invits (ça aurait été chaud de venir sans toi).
Et enfin thanx to Aurel pour avoir pris des fotos avec son numérique ce qui s'avère mieux que mes jetables :)

Jeff

© - E-zic.com v3 : 2000-2022 - © Tous droits réservés - Reproduction Interdite - Hébergement OVH